Cette période d’épidémie a un effet majeur sur la vie professionnelle et personnelle de la majorité de la population. Les problèmes économiques liés au confinement pèsent également lourd sur le quotidien des familles.

Il est dans ce cadre réconfortant de voir émerger au sein de la population de nombreuses actions de solidarité et d’entraide, auxquelles PROGRESS Lawyers Network souhaite modestement s’associer en relayant des informations permettant de s’orienter face aux problèmes qui peuvent se poser dans les familles.

Pour de nombreuses personnes, le confinement obligatoire est un défi majeur qui peut être très dur psychologiquement. Cette situation peut peser sur votre situation familiale et sur votre relation. Les statistiques en provenance de l'étranger montrent clairement que la violence domestique augmente à la suite des mesures de quarantaine et il n'en sera malheureusement pas autrement en Belgique.

Des difficultés sous-jacentes avec l'ex-partenaire peuvent également survenir, par exemple en ce qui concerne les droits de visite pour les enfants communs.

Dans le but d’informer et d’orienter au mieux face à ces situations critiques, l’équipe de PROGRESS Lawyers Network répond aux questions les plus souvent posées. La plupart du temps, nous renvoyons à des organisations spécialisées, qui se plient en quatre pendant cette période pour fournir l’aide nécessaire. Tout le mérite leur revient à cet égard.

Si vous avez d'autres questions, vous pouvez nous contacter à l'adresse suivante : FAQCorona@progresslaw.net. Il est possible que nous demandions un paiement si votre question nécessite des recherches plus complexes.

Si vous avez d'autres questions, veuillez nous contacter à l'adresse suivante: FAQCorona@progresslaw.net. Il est possible que nous demandions un paiement pour des recherches plus complexes.

Chercher de l'aide à temps peut permettre d’éviter le pire. Les sentiments de honte sont tout à fait normaux et courants mais cela ne doit pas vous empêchez de demander de l’aide. Vous n'êtes pas seul.e !

1. Qui puis-je contacter en cas de problème à la maison?

Lire la suite...
  • En cas d’urgence, appelez le 101.
  • Pour une assistance médicale urgente, appelez le 112 ou utilisez l’application 112.
  • Si vous avez besoin de parler, un coup de blues, envie de conseils, Télé-Accueil propose une écoute dans l’anonymat, accessible 24h/24 au numéro gratuit 107.
  • En cette période de confinement, les professionnels des Services de Santé Mentale offrent une ligne d’écoute : 02/501 01 27.
  • Le service d'écoute téléphonique du Centre de Prévention du Suicide écoute dans l’anonymat toute personne en situation de crise, d'angoisse, de mal-être ou de questionnement au numéro gratuit 0800 32 123.
  • Si vous êtes victime d’agressions sexuelles, vous pouvez appelez SOS Viol au numéro gratuit 0800/98 100.
  • Il existe également des centres de soins des violences sexuelles qui sont accessibles 24h/24 par téléphone au 02/535.45.42 (Bruxelles) ou au 04/284.35.11 (Liège). Vous pouvez également les joindre par mail au cpvs@stpierre-bru.be (Bruxelles) ou cpvs@chu.ulg.ac.be (Liège).  
  • En cas de problèmes familiaux ou de couple, des conseillers conjugaux sont à votre écoute au 0487/93 10 91.
  • SOS Parents offre un soutien psychologique aux parents de 8h à 20h, 7j/7 au 0471/414 333.
  • La Croix Rouge offre une aide psycho-sociale au numéro gratuit 0800.14.685.
  • Vous pouvez écrire au Collectif de soutien psychologique à l’adresse collectifpsy.covid19@gmail.com.
  • Enfin, votre médecin de famille peut vous orienter vers l’aide appropriée.

2. Je ne parle pas très bien le français et je cherche de l'aide dans ma propre langue. Je crains que mon permis de séjour ne soit retiré si je quitte mon partenaire.

Lire la suite...
Les personnes issues de l'immigration peuvent obtenir de l'aide en plusieurs langues sur https://www.luisterendeoren.be/nl/contact, et également sur https://www.we-access.eu/fr. Ce n'est pas parce que vous avez obtenu votre permis de séjour par l'intermédiaire de votre partenaire que vous ne pouvez pas partir s'il est violent. Contactez-nous à l'adresse FAQCorona@progresslaw.net pour plus d'informations sur votre situation spécifique. Il est possible que nous demandions un paiement si cela nécessite des recherches plus complexes.

3. Je souffre d'abus physiques/émotionnels/sexuels dans ma relation. Que puis-je faire ?

Lire la suite...

(voir aussi question 1)

  • Si vous êtes victime d’agressions sexuelles, vous pouvez appeler SOS Viol au numéro gratuit 0800/98 100.
  • Il existe également des centres de soins des violences sexuelles qui sont accessibles 24h/24 par téléphone au 02/535.45.42 (Bruxelles) ou au 04/284.35.11 (Liège). Vous pouvez également les joindre par mail au cpvs@stpierre-bru.be (Bruxelles) ou cpvs@chu.ulg.ac.be (Liège). 
  • En cas de problèmes familiaux ou de couple, des conseillers conjugaux sont à votre écoute au 0487/93 10 91.

 

4. Je suis un enfant ou un jeune et j'ai des problèmes à la maison

Lire la suite...

5. Mon ex-partenaire ne veut pas que nos enfants mineurs viennent me voir par crainte de la propagation du coronavirus. Est-ce qu’il/elle peut faire cela ?

Lire la suite...

Non, les règles sont très claires : les contacts au sein de la famille sont autorisés, même lorsque les parents sont divorcés et ont élaboré des mesures d’hébergement.

Cela ne pose problème que si quelqu'un est atteint du coronavirus. Si un enfant tombe malade, il est préférable qu’il reste avec le parent avec qui il est à ce moment-là. Si l'un des parents tombe malade, les enfants doivent rester avec l'autre parent.

Bien entendu, il est toujours possible de s’écarter du plan d’hébergement de commun accord, par exemple pour partager la charge de l’hébergement ou parce qu'il est plus difficile de le combiner avec le travail des parents.

Mais il n'est pas permis d’utiliser la crise pour ne pas laisser les enfants aller chez l'ex-partenaire. Quiconque agit de la sorte s'expose à de lourdes sanctions : une peine d'emprisonnement pouvant aller jusqu'à un an et une amende pouvant atteindre 8 000 euros.

 

6. J'ai besoin de conseils juridiques ou d'un avocat pro deo, par exemple pour entamer une procédure de divorce. Comment puis-je trouver de l'aide en cette période de Coronavirus ?

Lire la suite...

Les bureaux d'aide juridique travaillent à bureaux fermés pendant cette période. Il est toujours possible d'obtenir un premier conseil gratuit ou de demander un avocat pro deo.

Vous pouvez trouver la liste des différents bureaux d’aide juridique (BAJ) ici : https://avocats.be/fr/bureaux-daide-juridique-baj